38eme congrès national


Jeudi 30 Avril

 

15h00                      :   Ouverture des inscriptions

16h-18h30    :   Communications libres d’Endocrinologie

   Forum 1 : Modérateurs : S. Safi, G. El Mghari, H. Latrech

Communications libres de Diabétologie

   Forum 2 : Modérateurs : K. Benabed, S. El Aziz, H. Baïzri

20h00              :     Dîner

Vendredi 1 Mai

09h00  – 12h15 : Thème principal : Grossesse et troubles

                                                                   endocrino-métaboliques

Modérateurs : M. Belhadj, J. Belkhadir, N. El Ansari        

9h00 – 9h30   : Diabète gestationnel  

Pr. H. El Ghomari – Casablanca

9h30 – 10h00  : Obésité et fertilité  

                                                                     Pr. Ph. Touraine – Paris          

10h00 – 10h45:   Symposium ASTRAZENECA : ‘’Quels compromis chez les patients

                                     diabétiques pour un meilleur contrôle glycémique? ’’                                                                                Dr F. Lorenzini Grandmottet- Toulouse

10h45 – 11h15 :   Pause café, visite des posters et des stands

Modérateurs : A. Chraibi, F. Jennane

11h15 – 11h45  : Maladie de Basedow et grossesse

                                                                     Pr.J.L. Wemeau – Lille

11H45-12H15 : Syndrome des ovaires polykystiques

                                                                      Pr. M. Pugeat – Lyon

12h15 – 13h00:   Symposium NOVARTIS : ‘’Relever les défis dans la prise en charge

                               de DT2 : efficacité de la Vidaglipine’’

           Pr. H. El Ghomari – Casablanca

13h00 – 14h30  :     Déjeuner

14h30-17h45 :     Thème principal : Cancer différencié de la thyroïde 

Modérateurs : N.O. Zerouali, A. Gaouzi, M. Semrouni

14h30 – 14h45 :   Prise en charge chirurgicale du cancer

différencié de la thyroïde

Pr. D. Khaiz, Pr. S. Berrada,

   Pr. K. El Hattabi, Pr. N.O.Zerouali – Casablanca

14H45-15H15 :   Actualités dans la prise en charge du cancer thyroïdien

                                                                   Pr. M. Schlumberger- Ville juif

15h15 – 15h30 :   Qualité de vie et cancer thyroïdien

                                              Pr. A. Chadli- Casablanca

15h30 – 16h15 :   Symposium LILLY : ‘’ Le patient au cœur de la prise en charge’’      

                                                                      Dr C. Bouché – Paris 

16h15 – 16h45 :   Pause café, visite des posters et des stands

PROGRAMME GMET

Modérateurs : N. El Guermai, H. Lhassani, M. Benadada

16H45- 17H15 : Auto-immunité et thyroïde

Pr.J.L Wemeau –Lille

17H15-17H45 :   Ne pas méconnaître les insuffisances thyréotropes

Pr. H. Iraqi- Rabat

18h00 – 18h45 :   Conférence plénière d’inauguration 

                                La médecine au défi des maladies chroniques :

Le diabète en 1ère ligne. 

Pr. C. Jaffiol- Montpellier

18h45 – 19h30 :  Inauguration officielle

20h15              :   Cocktail dinatoire                                                              

Samedi 02 Mai

Modérateurs : A. Gaouzi, N. El Ansari, H. Baïzri 

08h 30 – 09h30  :    Communications orales d’Endocrinologie

9h30 – 10h15  :     Symposium MSD : ‘’Nouvelles preuves dans la vraie vie

pour la prise en charge du diabète de type 2 ’’                      

Pr. J.p. Thissen- Bruxelles

10h15 – 13h00  :  Thème principal : le diabète en 2015

Modérateurs : H. El Ghomari, K. Benabed 

10h15 – 10h45    :    Nouveauté dans le traitement du diabète de type 2

                                                            Pr. B. Bauduceau – Paris

10h45 – 11h15    : Neuropathie diabétique

Pr. M. A. Rafai- Casablanca    

11h15 – 11h30  :   Pause café, visite des posters et des stands

Modérateurs : F. Ajdi, I. Shaltout, J. Rhandi

11h30 – 12h15  :     Symposium NOVONORDISK : ‘’ ’Liraglitude : nouvelle thérapie

       dans la prise en charge du diabète de type 2 ’’                      

Pr. B. Bauduceau – Paris

12h15 – 12h30    :   Epidémiologie du diabète en 2015 au Maroc

                                                         Pr. A. Chraibi- Rabat

12h30-12h45    :   Comportement alimentaire du diabétique jeuneur

pendant le Ramadan

                                                         Pr. N. El Ansari – Marrakech

12h45-13h00    :   Dépistage de la cardiopathie ischémique chez le diabétique

                                                          Pr S. Abir Khalil – Rabat 

13h00 – 14h00   :   Déjeuner

14h00-14h45      :     Symposium SANOFI AVENTIS : ‘’Shéma Basale + 1 :

pourquoi et comment intensifier ? ’’      

                       Pr. S. Halimi – Grenoble                                                 

14h45 – 16h15  :     Ateliers permutables :

Atelier 1: Alliance thérapeutique chez le diabétique

Dr M. Tramoni -Paris

Atelier 2 : Contraception et diabète en 2015

Pr. Ph. Touraine – Paris

16h15 – 17h00      :    Symposium IPSEN : ‘’Acromégalie : défis du diagnostic

   et optimisation de la prise en charge. ’’    

Pr. Ph. Caron – Toulouse                            

17h00 – 17h15  :   Pause café, visite des posters et des stands

17h15          :   Assemblée générale

20h00              :     Dîner de gala

Diadétique et hémodialyse: corrélation entre le taux d'hémoglobine glyquée et la prise de poids interdialytique

service de néphrologie hémodialyse transplantation chu casablanca

Introduction Chez les patients diabétiques hémodialysés chroniques, un taux d’hémoglobine glyquée HBA1c >7% est un facteur de progression des altérations vasculaires rencontrées au cours de cette maladie dégénérative et a été reconnu comme responsable de prise de poids interdialytique, la relation entre la prise de poids interdialytique et le faible contrôle glycémique est très peu rapporté en littérature . Matériels et méthodes: Cent deux patients diabétiques rescencionnés au niveau de quatre centres d’hémodialyse, l’évaluation de la prise de poids interdialytique,de la pression artérielle interdialytique, chez ces malades a été surveillée durant les trois mois précédant le dosage de l’HBA1c, et comparaison de ces données chez deux groupes ont été distingués: groupe1:HBA1c>7% et le groupe2: HBA1c≤ 7%. Résultats: l’âge extrême varie entre 23 et 82 ans avec une moyenne d’âge de 60.85±11.75, les femmes représentent 39.21% et les hommes 60.78%, on note que 91.17% des patients bénéficient de 3 scéances par semaines. le diabète de type 2 retrouvé chez 74.50% avec une ancienneté de diabète de 14.59±5.83 ans. le groupe 1: comprend 72 patients alors que le groupe 2 comprend 30 patient soit 21% de l’enssemble de l’échantillon. La prise de poids interdialytique chez le groupe 1 est en moyenne à 2.60±0.90 alors qu’elle est significativement plus faible dans le groupe 2 de l’ordre de1.95±0.49 (p<0.00000001) avec une incidence d’hypertension artérielle prédialytique de 20.83% dans le groupe 1 et de 6.66% dans le groupe 2. cependant il n’a pas été noté de différence significative de survenue d’épisode hypoglycémique entre les deux groupes ils sont retrouvés chez 34.72% du groupe1 et chez 26.66% du groupe2. Discussion: Nos résultats confirment les données rapportées par Davenport qui éxplique cette prise de poids interdialytique par une augmentation de sensation de soif chez les patients ayant un faible contrôle glycémique et donc une prise de poids interdialytique plus importante. Conclusion: un bon contrôle glycémique est nécessaire afin d’éviter la survenue de comorbidité cardiovasculaire liée à la prise de poids interdialytique d’ou la nécéssité d’une meilleure coopération entre diabétologue, diététicien et néphrologue.

Diabète gestationnel : facteur de risque d’une hypothyroïdie fruste ? (à propos de 100 cas)

Service d’endocrinologie diabétologie et nutrition, CHU Hassan II Fès

Introduction et objectifs : La prévalence de l’hypothyroïdie pendant la grossesse est de l’ordre de 0,3 à 2,5 %. Le diabète gestationnel n’est pas considéré comme un facteur de risque. Nous avons voulu apprécier la prévalence de l’hypothyroïdie au cours du diabète gestationnel. • Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée entre 2012-2014, intéressant 100 patientes, après avoir exclure les patientes avec un diabète (type 1 ou 2), une pathologie thyroïdienne préexistante à la grossesse et les grossesses gémellaires. Toutes nos patientes ont bénéficié du bilan suivant : une glycémie à jeun, HGPO à 75g, ainsi qu’un bilan thyroïdien fait de TSHus, LT3, LT4, et antiTPO. • Résultats : L’âge moyen de nos patientes était 33 ans (18-45), l’hypothyroïdie est retrouvée chez 11%, avec une positivité des antiTPO de 1 %. Chez toutes ces patientes en hypothyroïdie, il s’agit d’une hypothyroïdie fruste. Il n’y a pas de différence selon l’âge, les antécédents de diabète gestationnel, la parité. La médiane de diagnostic de l’hypothyroïdie était à 25,6 SA. • Conclusion : La forte prévalence de l’hypothyroïdie fruste retrouvée dans le diabète gestationnel incite à une recherche systématique et pose le problème du mécanisme physiopathologie malgré l’absence d’anticorps dans la plupart des cas.

Syndrome de DEND forme très rare de diabète néonatal et traitement par sulfonylurés : à propos d’un cas

Service Endocrinologie Pédiatrique, Hôpital d'Enfant. Rabat

Introduction Le syndrome DEND est une forme de diabète néonatal permanant associé à un retard de développement psychomoteur et une épilepsie. C’est une maladie rare avec très peu de cas rapportés dans la littérature mondiale Observation Nous rapportons le cas de l’enfant GI d’un mariage consanguin 2e degré, présente un retard psychomoteur, hospitalisé à l’âgé de 5 mois dans un tableau de DAC, diarrhées et vomissements compliqués d’une crise convulsive tonique généralisée spontanément résolutive et sans déficit post critique. L’étude génétique trouve une mutation du gène ABCC8 et l’enregistrement EEG était anormal, suggérant une hypsarythmie. Le traitement à base de glibenclamide a été démarré à la dose de 0.2mg/kg/jour. Discussion Syndrome DEND représente la forme clinique la plus sévère de DNP. Il est provoqué par des mutations autosomiques récessives activatrices dans la sous-unité de canal K+ATP Kir6.2 codée par le gène KCNJ11 ou SUR1 (receptor1 sulfonyluré) codée par le gène ABCC8 présent sur le chromosome 11. Des études avec une grande cohorte de KCNJ11 et mutations du gène ABCC8 indiquent que la thérapie sulfonylurée offre un meilleur contrôle métabolique et neurologique à long terme. Conclusion A travers ce cas on souligne l’importance de l’étude génétique en cas de diabète néonatal permettant d’élaborer un traitement bien ciblé